Introduction

Le mélange ou le mixage des IRs offre un moyen très puissant et flexible de créer vos propres sons de guitare. Ces mix vous permettent de créer de nouvelles sonorités en associant plusieurs microphones et baffles de manière très flexible : avec l’enregistrement et le reamping de guitare (enregistrées en DI), vous pouvez utiliser un nombre pratiquement illimité d’associations. Le mix d’IRs peut être envisagé comme une approche alternative ou complémentaire à l’égalisation : en mélangeant le son de vos IRs et en combinant leurs différents aspects, vous pouvez affiner le résultat et ainsi créer votre son unique….ou à défaut celui qui vous fait plaisir 🙂

Cet article présente les principes de base pour mixer les IRs, principalement en utilisant des chargeurs IRs.

Mixer les IRs : pour quoi faire ?

L’idée principale est de mélanger deux ou plusieurs IRs pour créer un nouveau son : en ajustant le niveau de chaque IR dans votre mix, vous obtiendrez des résultats différents. Les haut-parleurs sont souvent utilisés de manière complémentaire : ils peuvent être plus ou moins creusés, produire plus ou moins de basses, être plus ou moins agressifs, mettre l’accent sur certaines zones spécifiques des aigus, ou sur certaines zones des bas médiums… Vous avez peut-être déjà entendu des producteurs de musique et les guitaristes parlant de mixer des enceintes et des microphones pour obtenir leur son : par exemple en mélangeant des V30 avec des G12K100, des V30 avec des G12T75, ou encore avec des Demon de chez Hesu …. Avec les IRs, vous obtenez cette possibilité de manière très flexible : vous pouvez mélanger différentes combinaisons haut-parleurs/enceintes/microphones très facilement.

Les micros à condensateur produisent généralement un son plus neutre ou plus sec (moins creusé) avec beaucoup d’attaque et de définition, les micros à ruban, en revanche, adouciront le son et diminueront l’attaque avec des aigus plus doux (son plus soft), et le les micros dynamiques produisent généralement un son plus creusé et dynamique, avec une bonne dose de coloration et généralement un bon niveau d’agressivité (pour les sons de guitare fortement saturés). Les mix d’IRs vous permettent de mélanger et d’ajuster ces différentes caractéristiques pour créer des sonorités qui correspondent à vos objectifs, vos goûts et votre matériel (amplis, pédales, sims)…

Comment mixer les IRs ?

Deux approches principales peuvent être utilisées pour réaliser des « blends » d’IRs : l’une est dynamique et exploite la capacité de votre chargeur IR, l’autre est statique, en utilisant un outil spécialisé ou un outil audio où vous mixerez le contenu audio des IR et générerez un nouvel IR (que vous pourrez charger comme un seul IR dans votre chargeur IR).

La première approche est la plus simple : elle est rapide, très flexible et permet de tester instantanément vos mélanges. Elle repose sur la capacité de votre chargeur IR à charger 2 IRs ou plus et à les mélanger dynamiquement, ce qui permet d’ajuster le niveau de chaque IR, en direct. Vos paramètres de mélange peuvent ensuite être capturés via un préréglage sur votre chargeur (ie un PRESET).

Dans ce cas, vous avez besoin d’un chargeur IR -logiciel ou matériel- qui supporte le chargement de 2 IRs ou plus et qui permette d’ajuster leurs niveaux : par exemple Two-Notes Wall of Sound (16 IRs) ou Nadir (2 Irs) sont des chargeurs IR logiciels capables de faire cela (voir le post consacré aux chargeurs IR logiciel). Par ailleurs, Ignite Libra est capable de charger et de mélanger jusqu’à 8 IRs (https://www.stltones.com/products/stl-ignite-libra-1), Overloud SuperCabinet peut charger et mélanger 4 IRs en mode de mélange conventionnel et 3 IRs en mode multi-bandes (LO-MID-HI). Certains simulateurs d’amplis offrent également cette capacité dans leur module de simulation d’enceintes.

Mix de deux IRs sous Nadir

Les 8 slots de Libra

Mix multi bande de SuperCabinet

Côté hardware, le Two-Notes Torpedo CABM+ ou le Torpedo Studio et le Torpedo live sont des chargeurs IR hardware capables de charger et mixer deux IRs.

Mix de deux micros sur Torpedo Remote (CAB M+)

Certains multi-effets permettent également d’utiliser 2 blocs de cab ou de mixer 2 micros pour un cab.

Certains chargeurs d’IRs peuvent aussi ne pas offrir cette capacité : la pédale Mooer Radar, par exemple, ne peut charger et n’utiliser qu’une seule IR à la fois. Idem pour le Two-Notes Torpedo Cab de la première génération. Et même si vous utilisez un chargeur capable de travailler avec 2 IRs ou plus, vous pouvez également décider de capturer votre mix d’IRs en créant un nouvel IR et le charger directement dans votre chargeur pour plus de praticité et pour éviter de devoir utiliser un préréglage. …. Dans ce cas, vous pouvez utiliser un outil spécialisé ou un outil audio pour créer votre mix. Par exemple, l’outil Two-Notes BlendIR peut mélanger les IRs et créer de nouveaux fichiers .tur (format Two-Notes), le dernier chargeur IR Overloud (SuperCabinet) peut mélanger les IRs et générer un IR résultant (.wav), ainsi que STL Tones Libra (8 IRs, export au format .wav). Vous pouvez également essayer d’utiliser des outils plus basiques tels que Audacity.

Mix et tests avec Torpedo BlendIR

Mix de 4 IRs sous Libra

IR et phase

Lors de l’enregistrement d’un instrument -ou d’un baffle de guitare dans notre cas- avec plusieurs micros, des problèmes de phase sont susceptibles de se produire : la phase du signal enregistré varie en fonction de la distance et de la position des micros par rapport à la source. Différentes distances impactent le délai auquel l’enregistrement a lieu, et différentes distances produiront différentes phases : cela affectera la restitution du son. Lorsque les signaux audio ne sont pas en phase, une annulation de phase peut se produire et certaines fréquences peuvent être annulées (c’est-à-dire qu’elles deviennent inaudibles). Dans les cas extrêmes, tels que le cas d’une phase opposée, le résultat est … aucun son du tout.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la phase et les effets de la phase, vous pouvez consulter cet article intéressant : https://www.izotope.com/en/learn/5-ways-to-adjust-phase-after-recording. html.

Lors de la prise de son d’un baffle avec plusieurs micros, les ingénieurs du son doivent se préoccuper des positions de microphones pour éviter les problèmes de phase, en utilisant diverses techniques : aligner soigneusement les micros par exemple, ou retarder certaines pistes pour mieux synchroniser les phases.

Les captures de réponses impulsionnelles incluent les informations de phase : l’IR résultante est affectée par la position et la distance du microphone. Lorsqu’aucun traitement n’est appliqué au fichier de réponse impulsionnelle, l’IR est dit en « phase naturelle » : c’est la phase d’origine de l’enregistrement et le point de départ de l’IR dans le fichier est le résultat de la distance du microphone lors de la capture. Parce que la partie initiale de l’enregistrement ne contient pas à proprement parler d’informations audio utiles et afin d’éviter des problèmes lors du mélange des IRs, les producteurs d’IRs peuvent les aligner en supprimant les informations de début (en rognant les fichiers) : lorsque l’IR est définie au tout début du fichier, l’IR est dit être au format MPT (Minimum Phase Transform). En alignant toutes les IRs en tout début du fichier, les IR sont alors -par construction- en phase avec d’autres IRs (ie d’autres IRs MPT) et cela éliminera ou réduira généralement les problèmes d’annulation de phase lors d’un mix : cela permet notamment de mélanger des positions complètement différentes (à partir de 0 cm jusqu’à n’importe quelle position plus éloignée) sans problèmes majeurs d’annulation de phase. Comme cela peut ne pas donner le meilleur résultat sonore (c’est-à-dire pas nécessairement le son le plus naturel ou fidèle), les fournisseurs IRs peuvent également produire des versions avec un choix différent, avec un contenu d’IR commençant plus tard dans le fichier. Sur les chargeurs d’IRs avancés, vous pouvez régler un paramètre de délai : cela décale le contenu de l’IR et modifie sa combinaison avec votre signal de guitare/ampli. Décaler l’IR peut vous donner des sons plus pleins/naturels : vous pouvez passer du temps à expérimenter avec différentes IRs et différents réglages de délai. Vous pouvez également expérimenter l’inversion de phase sur les IRs que vous utilisez : cela peut produire des résultats intéressants et une sensation/résultat différent(e).

Les IRs overdriven.fr « gen 2 » peuvent être considérées comme des MPT : elles peuvent être mélangées avec des IRs Two-Notes ou des IR Ownhammer MPT sans trop de problèmes. Pour un mix avec des IR Ownhammer non-MPT : l’application d’un délai de 0,12 à 0,20 ms sur les IRs overdriven.fr réduira généralement les problèmes d’alignement de phase.

Dans Two-Notes Torpedo Studio et Wall-of-sound, vous pouvez également utiliser le contrôle variphase : cela vous permettra d’aligner la phase des différents fournisseurs d’IRs (entre les cabs Two-Notes et des IRs tierces par exemple).

Un outil que vous pouvez utiliser pour vérifier ces problèmes de phase est le compteur de corrélation dans Logic Pro X (Correlation Meter ou Multimeter) ou l’outil équivalent dans votre STAN : par exemple, utilisez un chargeur tel que Nadir, mettez-le en mode stéréo et chargez vos 2 IRs : une à gauche et une à droite. Le compteur de corrélation affichera le comportement de la phase : indicateur dans le vert (droite) et vos 2 phases sont alignées, vers la gauche (rouge) et vos IRs ne sont pas en phase : vous rencontrez probablement un phénomène d’annulation de phase.

Si vous n’avez jamais utilisé cet outil ou que vous n’avez pas trop exploré la gestion de la phase de vos signaux audio, vous pouvez essayer ceci : chargez la même IR à gauche et à droite puis inversez la phase sur l’une des deux … Vous pouvez également charger les 2 IRs en mode mono et régler le mix à 50/50 : inversez la phase de l’une des IRs : ce que vous entendez alors est ce qui est annulé par les différences de phase (si vous entendez un spectre de fréquences assez large, alors vous rencontrez un problème d’alignement de phase assez important et vous devriez probablement modifier la phase/le retard de l’une de vos IRs pour diminuer cette différence, si vous entendez quelque chose qui ressemble plus à un sifflement ou est d’un volume faible et voilé, alors vos IRs sont globalement en phase).

Par où commencer ?

Eh bien, expérimentez ! Je vous conseille de commencer par mixer 2 IRs (et non 8 ! 🙂 ), avec des IRs que vous connaissez bien et que vous utilisez souvent avec votre matériel. Essayez d’acquérir une certaine expérience sur les caractéristiques de tonalité du microphone et du haut-parleur : vous pouvez toujours essayer de mélanger de manière aléatoire, mais vous obtiendrez probablement des résultats meilleurs et plus gratifiants en essayant de combiner des caractéristiques spécifiques des différents sons : ajouter des basses, de la résonance, creuser les mediums ou au contraire les augmenter, adoucir ou augmenter le mordant/l’attaque, resserrer les basses…. Pour ce faire, vous devrez probablement passer du temps à identifier et à sélectionner les IRs de base qui conviennent à votre objectif, à vos goûts et à votre équipement spécifique (ampli, pédales,…). Bref, essayez de bien connaitre vos IRs pour les mixer ! 🙂

Vous pourriez commencer à expérimenter en mixant la même enceinte/le même HP avec différents microphones, en combinant différentes positions : un micro à ruban + un micro à condensateur, un micro à ruban + un micro dynamique,…

Vous pouvez également essayer des combinaisons de haut-parleurs populaires, et tester avec différents niveaux de mixage : 75/25, 50/50, 25/75, 10/90…

Quelques suggestions :

  • V30 / G12T75
  • V30 / Governor
  • Demon / V30
  • G12K100 / V30 

Notez que certains fournisseurs d’IRs proposent des mix intéressants avec leurs collections d’IR : c’est le cas par exemple des librairies Ownhammer Heavy Hitters, où des mix prédéfinis de haut-parleurs et de baffles sont fournis. Voir https://www.ownhammer.com/store/.

Conclusion

Le mixage d’IRs est une fonctionnalité très puissante pour la création de sons de guitares : les possibilités sont tout simplement infinies… L’utilisation des IRs MPT et/ou le réglage de leur délai permet de les mixer avec une grande liberté, en évitant ou en minimisant les problèmes de phase.

Le mixage d’IRs peut remplacer ou compléter les techniques d’égalisation pour obtenir le son qui convient à vos goûts et à vos objectifs : si vous utilisez cette approche, je vous recommande de travailler d’abord sur la combinaison de vos IRs (car cela a l’impact le plus important sur le rendu global), puis d’utiliser l’EQ pour mettre la touche finale …